Tilbeshar : Urbanisation (BA), réurbanisation (BMII) et Transition BA/BM

Situé à l’ouest de la boucle de l’Euphrate, Tilbeshar comprend une citadelle de 6 ha et 40 m de haut, entourée d’une ville basse conservée entre 2 et 6 m au-dessus du sol vierge. Occupé dès le Néolithique, Tilbeshar possède des niveaux importants du Chalcolithique, limités à une partie du site (C. Kepinski). C’est une grande ville au Bronze Ancien, dès le deuxième quart du troisième millénaire, et au Bronze Moyen. Sa superficie maximum atteint 56 hectares au troisième millénaire. À la suite d’une première période de contraction (2300-2100 av. J.-C.) puis d’une seconde (2100-1800 av. J.-C.), la ville connaît à nouveau son extension maximum au Bronze Moyen II avant d’être abandonnée. Après des occupations sporadiques achéménide puis byzantine, Tilbeshar est une agglomération importante durant la période médiévale et principalement aux XIIe et XIIIe siècles de notre ère justifiant le développement d’un programme spécifique placé sous la responsabilité de M-O Rousset.

Nos opérations de terrain consacrées à la prospection du site et à de brefs sondages, ont débuté en 1994 et 1995. De 1996 à 2000, cinq campagnes de fouilles se sont déroulées chaque printemps. De 2001 à 2004, nous y avons mené trois missions d’études. Une nouvelle série de fouilles a débuté en 2005 portant essentiellement sur les niveaux du Bronze.

Parmi nos thèmes de recherches principaux figurent l’étude de l’implantation humaine dans des alvéoles bien irriguées mais limitées par des collines arides et une vaste zone steppique, celle du contrôle des ressources locales en bois et de la circulation des produits du commerce international, l’introduction de nouveaux moyens d’échange et du développement dans la région, la production d’huile d’olive, de vin et de miel, les pratiques funéraires variées, l’urbanisme, les différents types d’habitat, les périodes de transition. Tilbeshar se trouve au cœur d’une région d’échanges entre la Transcaucasie, l’Asie Centrale, l’Egée et la Mésopotamie et l’ensemble des traits culturels en témoignent.