PRINCESS

Politics & Royal ForeIgN Women in the Court of Egypt:

A New AnalySiS of Diplomatic Marriages during Late Bronze Age (1550-1060 BC)

Bourse européenne Marie Skłodowska-Curie

portée par Marine Yoyotte

Le projet PRINCESS vise à étudier les femmes étrangères de l’entourage royal pendant l’Âge du Bronze récent en Égypte (1550-1060 avant J.-C.) par le biais de l’analyse des mariages diplomatiques. Ces unions politiques contractées par le pharaon avec les sœurs et les filles des souverains des grandes puissances étrangères (Hatti, Mittani, Assyrie et Babylone) sont bien attestées dans la documentation textuelle du Proche-Orient ancien et de l’Égypte. Toutefois, ces unions étaient unilatérales entre les rois égyptiens et leurs voisins, car pharaon a toujours refusé de donner en mariage une de ses filles.

L’originalité de ce projet repose sur le fait qu’il implique tant l’étude des sources égyptiennes que proche-orientales (données textuelles, archéologiques et iconographiques), permettant une approche interdisciplinaire. De plus, il combine l’étude des pratiques funéraires de ces femmes royales, ainsi que de leurs dames d’honneur. En effet, de nouvelles données archéologiques provenant de tombes récemment découvertes à Louxor seront associées au travail de terrain mené par le chercheur sur le site de Gourob (Fayoum, Égypte) en lien avec les vestiges d’un palais-harem et d’une importante communauté étrangère. L’ensemble des données sera analysé à la lumière des études de genre et du prisme de l’archéologie du genre, afin de mettre en place des modèles de réflexion et de méthodologie novateurs. Des enquêtes comparatives interdisciplinaires sur la politique du mariage et la relation entre les femmes et le pouvoir à une plus grande échelle seront menées.

L’objectif de la recherche est de mettre ainsi en évidence le rôle et le statut de ces femmes de l’entourage royal ainsi que leur degré d’acculturation à la cour égyptienne. Il sera en outre possible d’appréhender la complexité des alliances dans les mondes anciens grâce à l’étude des femmes étrangères.  Ce projet est hébergé par le CNRS, équipe HAROC, sous la supervision du Dr. Aline Tenu et un détachement aura lieu à l’Université de Bâle sous la supervision du Pr. Susanne Bickel.

Ces travaux de recherche sont soutenus financièrement par le programme H2020 dans le cadre de la convention de subvention 2020 n° 212966.

Download the English version here. This project has received funding from the European Union’s Horizon 2020 research and innovation programme under the Marie Skłodowska-Curie grant agreement n° 212966.