Les mondes romains. Questions d’archéologie et d’histoire

Auteur(s) : González Villaescusa Ricardo, Traina Giusto, Vallat Jean-Pierre

Informations : https://www.editions-ellipses.fr/accueil/115-les-mondes-romains-questions-d-archeologie-et-d-histoire-9782340033610.html

 

 

 

Écrire un manuel d’histoire et d’archéologie des « mondes romains » avec une trentaine d’enseignants chercheurs, c’est adopter un parti-pris original : celui de poser des questions, de donner à voir la fabrique de l’histoire, de faire confiance à l’intelligence collective et au goût de la recherche, à la curiosité.

Une équipe à la fois internationale et pluridisciplinaire cherche, ici, à saisir l’apport spécifique de l’archéologie et des diverses sciences humaines dans la compréhension des mondes romains pour produire une histoire renouvelée. Elle livre l’état d’un certain nombre de questions, à partir de deux sciences pluridisciplinaires, qui connaissent des renouvellements épistémologiques constants.

La démarche retenue refuse le prisme déformant qui considère qu’il existe un « monde romain » unifié par le droit, le pouvoir, l’économie, la culture, autour d’un centre de pouvoir unique, Rome, décisionnel, ayant une « politique impériale ». Cette approche n’admet pas que le « monde romain » par son extension, par ses villes, par la forme de domination de sa Capitale soit perçu comme un exemple unique, universel, propre au « génie romain », «  à l’identité romaine » résultat d’une sorte d’essentialisme romain « frugal, paysan » éternel et constant durant au moins huit siècles et en tout lieu.

Tout autant que le monde grec, le monde romain, quelle que soit la période où on l’étudie, dépasse largement le cadre géographique et civilisationnel de la Méditerranée. Il est divers, multiple, complexe. Tenter de renouveler l’histoire des mondes romains sur une période allant de l’archaïsme à l’antiquité tardive est une gageure, tant les sources et les milieux sont variés, et différents les modes de conservation des objets. Il y a donc plusieurs histoires et plusieurs archéologies des « mondes romains ».
Biographie :
Jean-Pierre Vallat, professeur émérite à Sorbonne Paris Cité. Est rattaché à l’UMR Anhima, sur les thèmes de l’histoire économique et sociale du monde romain occidental, et sur mémoire et patrimoine. Il a mené prospections et fouilles en Italie, au Portugal, en Syrie, au Maroc.

Ricardo González Villaescusa, professeur d’Archéologie de la Gaule et du Nord-Ouest européen de l’université Paris-Nanterre et chercheur.
Giusto Traina, professeur d’Histoire romaine à Sorbonne Université et membre senior honoraire de l’Institut universitaire de France.

 

 




L’Éthique en Archéologie / Ethics in Archaeology

Parution des Actes du colloque « Archéo-Éthique » : L’Éthique en  Archéologie / Ethics in  Archaeology (éd. Ségolène Vandevelde & Béline Pasquini)
dans la revue en ligne Canadian Journal of Bioethics / Revue Canadienne de bioéthique

vol.2 n°3 (2019)

Téléchargement du PDF : https://cjb-rcb.ca/index.php/cjb-rcb/issue/view/5/Archeo

Accès en ligne : https://cjb-rcb.ca/index.php/cjb-rcb/issue/view/5

 




L΄Irrévérence dans les arts visuels et les descriptions de monuments (du VIe siècle av. J.-C. au XIIe siècle apr. J.-C.)

Actes du colloque organisé dans le cadre du programme « L’irrévérence au cœur de l’institution » (équipe ESPRI-LIMC d’ArScAn et Histoire des Arts et des Représentations/ HAR) soutenu par le LabEx Les passés dans le présent (ANR-11-LABX-0026-01).

Parution dans la revue en ligne Camenae, n°24

numéro en ligne : http://saprat.ephe.sorbonne.fr/toutes-les-revues-en-ligne-camenae/camenae-n-24-novembre-2019-lrirreverence-dans-les-arts-visuels-et-les-descriptions-de-monuments-du-vie-siecle-av-j-c-au-xiie-siecle-apr-j-c–755.htm

 

L΄Irrévérence dans les arts visuels et les descriptions de monuments (du VIe siècle av. J.-C. au XIIe siècle apr. J.-C.)

(dir. Évelyne Prioux)

 

Sommaire

1. Évelyne Prioux, Introduction.

2. Marlène Nazarian-Trochet, Sacrée irrévérence : scènes obscènes et burlesques dans l’iconographie funéraire étrusque.

3. Florence Le Bars-Tosi, Un pied (de nez) dans la tombe : l’irrévérence sur les productions d’argile en contexte funéraire.

4. Claude Pouzadoux, Le peintre d’Arpi : un peintre irrévérencieux ?

5. Évelyne Prioux, Des images irrévérencieuses dans la poésie et l’art auliques hellénistiques.

6. Florence Klein, Si non obstet reuerentia… Regards irrévérencieux, incestes suggérés et troublantes ekphraseis: Ovide ou l’invitation à l’irrévérence.

7. Maud Pfaff-Reydellet, L’irrévérence d’Ovide face aux monuments du prince.

8. Arianna Gullo, Elogio o scherno? Il caso di Giuliano d’Egitto alla corte di Giustiniano e due epigrammi su Ipazio (Jul. Aegypt. AP 7.591-592).

9. Stanislas Kuttner-Homs, L’Empereur, le laboureur et la mort : l’ekphrasis d’un portrait d’Andronic Ier Comnène dans l’Histoire de Nicétas Chôniatès.




La guerre en Arabie antique

Actes des 22ème rencontres sabéennes

(sous la direction de Jean-François Breton et François Villeneuve)

Les 22ème rencontres sabéennes se sont déroulées du 20 au 23 juin 2018 à Paris. Elles avaient pour thème principal la guerre en Arabie antique. Elles ont réuni historiens, épigraphistes et archéologues qui travaillent dans la péninsule Arabique ; en Arabie saoudite, dans les îles de la mer Rouge et à Oman. La guerre y a été évoquée sous toutes ses formes, son vocabulaire, ses représentations iconographiques, ses ravages, sa poliorcétique et ses moyens. Ces chercheurs, d’horizons variés, regrettant de ne plus pouvoir exercer au Yémen, ont exposé leurs travaux antérieurs, évoqué la situation de son patrimoine archéologique ou historique et souligné la tragédie humanitaire que connaît ce pays.

Ont contribué à l’ouvrage :

  • Mounir Arbach
  • Jean-François Breton
  • François Bron
  • Christian Darles
  • Werner Daum
  • Serge Frantsouzoff
  • Michela Gaudiello
  • Solène Marion de Procé
  • Christian Robin
  • Loreto Romolo
  • Ronald Ruzicka
  • Mohanad al-Siyâni
  • Paul Yule.

 

Ed. Geuthner
ISBN : 978-2-7053-4031-5

 

 

 




Tell El-fara’in-buto VI: Recherches Sur Les Ateliers Romains De Bouto.

 

Tell El-fara’in-buto VI: Recherches Sur Les Ateliers Romains De Bouto. Prospections Et Sondages, 2001-2006

Buto, in the western Egyptian Delta, is mainly known for its pre- and protohistoric occupations, currently being explored by the Deutsches Archaologisches Institut (Cairo). In order to investigate the Graeco-Roman and Byzantine settlement, partly revealed by the Egypt Exploration Society (EES) in the 1960s, a program was launched in 2001, directed by Pascale Ballet. In the north east of the site, the EES had excavated a pottery workshop yielding a black polished ware, influenced by Mediterranean black glazed wares. Using topographical and geophysical surveys from 2001, the excavations in the northern part of the city, conducted from 2002 to 2004, unearthed two main kinds of workshops and productions from the Early Roman period. The first one, entirely new, produced imitations of « sigillata » using tubes, like in Italy and Gaul, to enable the hot gases to go through the stack of pots preventing any contact with them. It is a significant example of a transfer of technology from the Western Mediterranean area, without excluding an Eastern influence. The second type of workshop, also entirely new, was devoted to common wares, sometimes with painting, heralding the style of the Late Roman/Byzantine period. Buto was probably one of the most active centers for pottery production in the Delta during the Graeco-Roman period, and the discovery of technology previously unknown in Egypt is a new contribution to the history of pottery manufacture in the East Mediterranean area. The present study presents latest findings and samples.

 

Informations bibliographiques




SYRIA – Supplément V

STUCS D’ORIENT




Melvé ou le véritable secret du feu

Toute l’équipe Ethnologie préhistorique de l’UMR 7041 ArScAn a le plaisir de vous signaler
la publication du conte pour enfants

Melvé ou le véritable secret du feu

Ecrit par Isabelle de Miranda et David Laporal
Illustré par Michèle Ballinger
Conté par Nathalie Loizeau


 




De la Gaule à l’Orient méditerranéen

Fonctions et statuts des mobiliers archéologiques dans leur contexte.

Ce volume est issu du colloque international d’archéologie intitulé Lesmobiliers archéologiques dans leur contexte, de la Gaule à l’Orient méditerranéen : fonctions et statuts tenu à l’université de Poitiers.

Conçu à l’échelle du monde antique, associant l’Orient et l’Occident, le colloque, organisé par l’équipe HeRMA (Hellénisation et romanisation dans le monde antique), en coordination avec l’Ifao (Institut français d’archéologie orientale, Le Caire), a proposé aux chercheurs de développer leurs réflexions sur les liens existant entre les mobiliers archéologiques et leur contexte de découverte dans un cadre chronologique volontairement large, de l’âge du Fer à l’Antiquité tardive.

Les objets produits dans l’Antiquité possédaient une fonction qui peut,dans une certaine mesure, être identifiée d’après leur morphologie. Les matériaux utilisés pour les fabriquer – argile, pierre, métal, verre…  contribuent à préciser cette identification, soulevant la question de l’accessibilité des matières premières et de leur proximité géographique, ou celle de la catégorie sociale à laquelle appartiennent consommateurs et/ou commanditaires. En parallèle, les chercheurs ont développé de nouvelles orientations privilégiant la notion d’assemblage, liée à celle de contexte ; elle peut inclure une approche statistique des corpus, et vise à augmenter les possibilités d’analyses comparatives, économiques, identitaires.

Le livre comporte une cinquantaine de contributions dont l’agencement reprend les thématiques distinguées au moment du colloque. Celui-ci débute par la vision d’un anthropologue dont l’approche apparemment décalée, d’un point de vue disciplinaire, spatial et chronologique, met l’accent sur la dimension symbolique très forte accordée aux objets selon leur contexte d’utilisation et dont les archéologues ne peuvent que pressentir l’existence à partir des artéfacts collectés en fouille.

Les auteurs  : Pascale Ballet, Isabelle Bertrand, Séverine Lemaître 

Pascale Ballet est professeure d’histoire de l’art et archéologie du monde romain à l’université Paris Nanterre. Membre du laboratoire ArScAn, UMR 7041 (équipe ESPRI-LIMC), elle dirige la mission archéologique de Bouto en Égypte en collaboration avec l’Institut archéologique allemand (Le Caire) et l’Institut français d’archéologie orientale (Le Caire). Elle codirige un programme de l’Ifao sur les contextes et les mobiliers. Ses recherches portent sur le commerce et la culture matérielle de l’Égypte gréco-romaine et byzantine et des régions voisines.

Isabelle Bertrand est archéologue et dirige le service des Musées de Chauvigny. Elle est membre associée du laboratoire HeRMA, Hellénisation et romanisation dans le monde antique (EA 3811) et de l’équipe TP2C, UMR 5140 Archéologie des sociétés méditerranéennes à Montpellier. Elle travaille sur le mobilier de l’ouest de la Gaule/France (Ier s. av. J.-C. – VIIe s. apr. J.-C.) et anime le groupe de travail européen Instrumentum dont elle coordonne la revue.

Séverine Lemaître est maître de conférences habilitée à diriger des recherches en histoire de l’art et archéologie antique à l’université de Poitiers. Elle est membre du laboratoire HeRMA, Hellénisation et romanisation dans le monde antique (EA 3811) et chercheur associée au laboratoire ArAr, UMR 5138 de Lyon (équipe 2). Spécialiste des amphores, ses recherches sur l’économie antique l’ont amenée à travailler sur les réseaux de commercialisation en Gaule et dans l’espace méditerranéen.

plus de détails

<http://www.ifao.egnet.net/publications/catalogue/9782724707175>

Broché | 540 pages | figures en noir et en couleurs | 1 volume |
ISBN 9782724707175 | 35 € | 2018

Distribution et ventes
ventes@ifao.egnet.net <mailto:ventes@ifao.egnet.net>

ÉGYPTE
Institut français d'archéologie orientale
37 rue al-Cheikh Aly Youssef
B.P. Qasr al-Ayni 11562
11441 - Le Caire - Égypte


FRANCE
Chez votre libraire habituel
Diffusion : AFPU Diffusion
Distribution : Sodis

Commandes par Internet
Utilisez le panier électronique
<http://www.ifao.egnet.net/publications/catalogue/>

Catalogue des publications
<http://www.ifao.egnet.net/publications/catalogue>
<https://www.facebook.com/ifaocaire/?ref=bookmarks>
<https://twitter.com/ifaocaire>
<https://www.youtube.com/channel/UCtYEBQ9_axoeDnyxUToLXNA/videos?view_as=subscriber>



The coinage of Domitius Alexander, 308-310 AD

Lucius Domitius Alexander, Vicar of Africa rebelled against Maxentius, and proclaimed Emperor by his troops, ruled between 308 and 310 A.D. His reign, poorly documented, has never been deeply studied, and his coins, extremely rare and widely forged suffered the same shortage. This study has therefore the double purpose to re-examine in detail all historical aspects of the reign (dates, extent and context) as well as numismatic questions (types, political meaning of reverses, chronology and volumes of strikes). It is highlighting, for instance, the originality and rich diversity of Domitius Alexander’s production. It also shows the very special links between Carthage’s mint and the first issues of solidi in Trier, which chronology should probably be reviewed and placed a few months before the generally accepted dates. The study then provide a new catalog of types in replacement of the outdated RIC, a corpus of the 205 known coins (genuine coins as well as forgeries), a corpus of identified dies and their links, and finally a detailed inventory of inscriptions in Domitius Alexander’s name.




Statuts personnels et espaces sociaux : questions grecques et romaines

Collection Travaux de la Maison Archéologie & Ethnologie, René-Ginouvès, no 25

Sous la direction de Claudia Moatti et Christel Müller
2018, 304  p., 16 x  24  cm
ISBN : 978‑2‑7018‑0541‑2

Depuis quelques années, on assiste, dans le domaine de l’histoire sociale, au renouveau d’une réflexion sur les formes de catégorisation dans l’Antiquité. À la différence d’autres projets, toutefois, nous ne proposons pas ici une pure description des différents statuts ou sous-statuts légaux et sociaux, ni même une enquête consacrée à l’origine des statuts, des ordres et des classes. Nous nous donnons pour objectif de comprendre quels statuts personnels étaient opératoires dans les différents types d’espace. Utiliser comme point de départ le cadre spatial permet en effet de rendre visibles des clivages ou agrégats sociaux, parfois éphémères et instables, mais toujours signifiants.

Cet ouvrage collectif s’ouvre sur une réflexion historiographique comparée qui présente des recherches en cours concernant les processus de formalisation des sociétés dans les mondes grec et romain. Les articles de la deuxième partie analysent la pertinence des statuts dans des espaces précis (nécropole, théâtre, gymnase, banquet), où groupes et associations se font et se défont, parfois indépendamment du statut légal ou social des personnes. La dernière partie est consacrée à la dimension spatiale des pertes et changements de statuts, question qui permet de déplacer le regard sur les procédures et leurs effets concrets : avec quelle précision s’opèrent le déclassement ou l’exclusion des individus ? Quels espaces leur sont interdits et avec quel contrôle ? Enfin, quelle est l’influence de la mobilité, c’est-à-dire du changement spatial, sur les identités ?

Commander l’ouvrage

 

Sommaire

Claudia Moatti et Christel Müller, Introduction. Les statuts à l’épreuve de l’espace

Approches historiographiques
Alain Duplouy, Élites, cités et citoyens dans la Grèce archaïque. Apports récents, et mise au point historiographique

Michel Humm, Du « dualisme patricio-plébéien » à la société d’ordres. La République romaine, de la fin du vie à la fin du  ive siècle av. J.‑C.

Espace et différenciation sociale
Claudia Moatti, Le langage spatial des statuts personnels dans le monde romain

Reine-Marie Bérard, La mort et le citoyen. Espaces funéraires et statuts individuels dans les colonies grecques à l’époque archaïque

Airton Pollini, La contribution de l’archéologie à la question des statuts. Espaces funéraires, domestiques et politiques

Brigitte Le Guen, Le théâtre de Dionysos Éleuthéreus n’est pas l’Assemblée des citoyens. Public et statuts personnels dans l’Athènes classique

Jean-Manuel Roubineau, Exclus du gymnase, exclus au gymnase. Note sur la loi gymnasiarchique de Béroia

Clément Bady, Plutarque et le symposion. Statuts et liens interpersonnels dans les espaces de banquet à la haute époque impériale

Pertes et changements de statut
Vincent Azoulay et Paulin Ismard, Honneurs et déshonneurs. Autour des statuts juridiques dans l’Athènes classique

Christel Müller, Itinéraires d’une prostituée : Néaira et les espaces de la cité au ive siècle av. J.-C.

Frédéric Hurlet, Interdicta aula. Cour impériale et hiérarchie spatiale (Haut-Empire romain)

Yann Rivière, Quid enim sum? Le bannissement de Cicéron et son retour à l’existence (58 av. J.‑C.)